Naissance des Thyrrhéniens, Enquête, Hérodote

Les Lydiens seraient, d’après eux1, les inventeurs des jeux en usage dans leur pays et en Grèce: ils les auraient inventés au temps où ils colonisèrent la Tyrrhénie, et voici comment: sous le règne d’Atys fils de Manès2, il y eut une grande famine dans toute la Lydie. Les Lydiens l’endurèrent patiemment d’abord, puis comme elle ne cessait pas, ils cherchèrent quelques dérivatifs et chacun s’y ingénia de son coté. C’est alors, disent-ils qu’on inventa les dés, les osselets, la balle et les jeux de toute espèce, sauf le trictrac; de ce jeux-là; ils ne revendiquent pas l’invention. Voici comment ils les employaient pour lutter contre la faim: un jour sur deux ils passaient tout leur temps à jouer; le jour suivant, ils mangeaient et s’abstenaient de jouer. Ils vécurent ainsi pendant dix-huit ans. Mais le fléau, loin de cesser, s’aggravait encore: alors le roi répartit tout son peuple en deux groupes, et le sort désigna celui des deux qui resterait dans le pays, tandis que l’autre s’expatrierait. Il demeura lui-même à la tête du groupe désigné pour rester, et donna pour chef aux émigrants sont fils, qui s’appelait Tyrrhénos. Les Lydiens bannis par le sort descendirent à Smyrne, se firent des vaisseaux qu’ils chargèrent de tous leur biens, et partirent à la recherche d’une terre qui put les nourrir; ils longèrent bien des rivages jusqu’au jour où ils arrivèrent en Ombrie, où ils fondèrent des villes et où ils demeurent encore aujourd’hui. mais ils quittèrent leur nom de Lydiens pour prendre celui du fils de leur roi, qui était à leur tête; ils prirent, d’après lui, le nom de Tyrrhéniens3.

note de bas de page

1:Deux versions différentes de celle d’Hérodote nous sont données l’une par Ctésias, l’autre par Xénophon. Celle que choisit Hérodote est sans doute d’origine Mède.

2:Manès: fils de Zeus et premier roi du pays qui, selon Hérodote lui-même, ne prit le nom de Lydie que sous le règne du fils d’Atys, Lydos

3:Ces Tyrrhénien sont les Étrusques, et selon la tradition grecque, leur migration se serait produite au cours du XIIIéme siècle ACN; les données actuelles de l’archéologie et de la linguistique semblent confirmer l’origine Lydienne des Étrusques.

pg 91-92

L’Enquête, Livre I, Hérodote, Edition d’André Barguet, folio classique.

]]>

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.