Le principe de l'Ahimsâ; Autobiographie; Gandhi.

Le principe de l’ahimsâ est vaste et souple. Nous ne sommes que de pauvres mortels sans défense, pris dans l’immense heurt de himsâ. Le dicton selon lequel la vie se nourrit de vie, a une signification profonde. L’homme ne peut vivre un seul instant sans accomplir vers l’extérieur un acte de himsâ, consciemment ou non. Le fait même qu’il vit – implique nécessairement une part de himsâ, de destruction de vie, si infime soit-elle. Celui qui a fait voeu d’himsâ demeure donc fidèle à sa foi si tout ses actes ont pour ressort la compassion, s’il s’applique du mieux qu’il peut à éviter de détruire jusqu’au plus minuscule des êtres vivants, s’il s’efforce d’épargner tout ce qui vit et lutte ainsi sans trêve pour se libérer de l’étreinte mortelle des force de himsâ. Retenue et compassion ne cesseront de grandir en lui ; ce qui n’empêche qu’il n’arrivera jamais à se libérer entièrement et à na pas commettre vers l’extérieur des actes de himsâ.

Pg 445

Dilemme spirituel; Autobiographie ou mes expériences de vérité; Mohandas Karamchand Gandhi; puf; 2007

]]>

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.