Le principe de l'Ahimsâ-2; Autobiographie; Gandhi.

Et puis encore, du fait que, derrière l’ahimsâ(non violence), se tient l’unité de toute vie, l’erreur d’un seul ne peut qu’affecter la totalité des êtres. D’où il suit que l’homme ne peut jamais se libérer entièrement des forces de himsâ(violence). Aussi longtemps qu’il demeure créature sociale, il ne peut que participer à tout ce qu’implique de himsâ l’existence même de la société.

Pg 445

Dilemme spirituel; Autobiographie ou mes expériences de vérité; Mohandas Karamchand Gandhi; puf; 2007

]]>

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.