Égoïsme des étoiles; Friedrich Wilhelm Nietzsche; Le Gai savoir

Si je ne tournais sans cesse autour de moi-même, tel un tonneau qu’on roule, comment supporterais-je sans prendre feu de courir après le brûlant soleil ?

pg 34

Traduction de « Die Fröhliche Wissenshaft »(édition 1887) par Henri Albert (1869-1921) ; Édition électronique ; Les Échos du Maquis, 2011.

]]>

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.