Le solitaire; Friedrich Wilhelm Nietzsche; Le Gai savoir

Je déteste autant de suivre que de conduire. Obéir ? Non ! Et gouverner jamais !

Celui qui n’est pas terrible pour lui, n’inspire la terreur à personne et seul celui qui inspire la terreur peut conduire les autres. Je déteste déjà de me conduire moi-même !

J’aime comme les animaux des forêts et des mers, à me perdre pour un bon moment, à m’accroupir, rêveur, dans des déserts charmants, à me rappeler enfin, moi-même, du lointain, à me séduire moi-même- vers moi même.

pg 36

Traduction de « Die Fröhliche Wissenshaft »(édition 1887) par Henri Albert (1869-1921) ; Édition électronique ; Les Échos du Maquis, 2011.

]]>

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.