Que souhaiter à un jeune formé de la sorte ? ; Laborit

Mais tôt ou tard on peut lui souhaiter deux choses : premièrement que quel que soit le travail qu’il effectue, il puisse lui trouver un certain intérêt, autre que hiérarchique, et pour cela qu’il ne soit pas trop parcellisé. Deuxièmement et surtout, que les méthodes de pensée qui auront modelé son système nerveux lui fassent découvrir autre chose, un autre intérêt à la vie que l’intérêt professionnel, purement technique. Aujourd’hui pour s’en échapper, il n’a à sa disposition que le cadre de la famille, bourgeoise ou non, avec ses agapes dominicales, la télévision et les processions motorisées sur les routes en fin de semaine, ou encore le tiercé, le sport, le cinéma et la « culture ». On peut se demander si les sociétés, quelles qu’elles soient, n’ont pas toujours favorisé ce type de diversion, focalisé l’intérêt sur la propagande, consciente ou inconsciente, sur ce cadre étriqué, pour éviter que leur existence ne soit remise en cause. Et pourtant il serait souhaitable que tout homme se sente concerné par les structures sociales, organisées par niveaux de complexité de l’individu à l’espèce. Animal social n’existant pas sans les autres.


La nouvelle grille ; Henri Laborit ; Folio Essai ; Gallimard.

Pg279-280

]]>

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.