Sociétés autonomes et indépendantes, Tainter

Les citoyens des sociétés complexes modernes ne réalisent généralement pas que nous sommes une anomalie le l’Histoire. Tout au long des millions d’années où des humains identifiables en tant que tels sont reconnus avoir vécu, l’unité politique courante était la petite communauté autonome, agissant indépendamment et étant en grande partie autosuffisante. Robert Carneiro1 a estimé que 99,8 % de l’histoire de l’humanité a été dominé par ces communautés locales autonomes. C’est au cours des six mille dernières années seulement que quelque chose d’inhabituel est apparu : des États indépendants, hiérarchisés et organisés, qui sont la référence majeure pour notre expérience politique contemporaine. Les sociétés complexes, une fois établies, ont tendance à s’étendre et à dominer, si bien qu’aujourd’hui elles contrôlent la plupart des terres et des habitants de la planète, et sont perpétuellement contrariées par celles et ceux qui restent hors de leur portée. Un dilemme en émerge : aujourd’hui ce sont surtout les formes politiques qui sont une anomalie de l’Histoire que nous connaissons bien ; nous pensons qu’elles sont normales et la majorité de l’expérience humaine nous est étrangère. Il n’est guère surprenant que l’effondrement soit perçu avec autant d’effroi.

Les petites communautés acéphales qui ont dominé notre histoire n’étaient pas homogènes. Le degré de variation parmi de telles sociétés est élevé. Bien qu’elles soient caractérisées (comparées à nous) comme étant «simples», ces sociétés montrent néanmoins des variations de taille, de complexité, de hiérarchisation, de différentiation économique et autres facteurs. C’est à partir de cette variation que nombre de nos théories sur l’évolution culturelle ont été développées.

Les sociétés plus simples sont bien sûr comparativement plus petites. Elles comptent d’une poignée d’individus à plusieurs milliers, qui sont unis au sein d’unités socio-politiques englobant des territoires proportionnellement petits. De telles sociétés ont tendance à être organisées sur la base de la parenté, avec un statut familial, et centrées sur l’individu. Dans une telle société, tout le monde ou presque se connaît et peut classer chacun individuellement en fonction de sa position et de sa distance dans un tissu de relations familiales2.

Le leadership dans les sociétés les plus simples a tendance à être minimal. Il est personnel et charismatique, et il n’existe que pour les objectifs propres. Le contrôle hiérarchique n’est pas institutionnalisé, mais il est limité à des sphères d’activité définies et à des moments spécifiques, et repose sur la persuasion3. Sahlins a saisi l’essence de la petite chefferie dans ces sociétés. Le détenteur d’une telle position est un orateur, un maître de cérémonies, ne disposant par ailleurs que de peu d’influence, peu de fonctions et aucun privilège ou pouvoir de coercition. Un mot prononcé par un tel chef, note Sahlins, «et tout le monde fait ce qui lui plaît»4.

Dans cette société, l’égalité réside dans l’accès individuel direct aux ressources de subsitance, dans la mobilité et la possibilité de se retirer simplement d’une situation sociale intenable, ainsi que dans les conventions qui empêchent l’accumulation économique et imposent le partage. Les chefs, lorsqu’ils existent, sont contraints de n’exercer aucune autorité, de ne pas accumuler de richesses ni d’acquérir un prestige excessif. Quand il existe des différences dans le contrôle économique des ressources, celles-ci doivent être exercées avec générosité5.

Soit l’expression de l’ambition personnelle est réprimée, soit celle-ci est canalisée afin de satisfaire le bien public. La voie vers une position publique élevée consiste à acquérir un excédent de ressources de subsistance et à la distribuer de façon à acquérir du prestige au sein de la communauté et à se créer des partisans et une faction6. Quand plusieurs individus ambitieux suivent cette voie, ils se font concurrence constante et s’engagent dans une lutte de position. Le résultat est un environnement politique instable et fluctuant, dans lequel des chefs éphémères connaissent l’ascension puis la chute, et où la mort d’un chef entraîne la disparition de sa faction et le regroupement politique inconditionnel.

1 : Carneiro Robert L., Political expansion as an expression of the principle of competitive exclusion. In Origins of the state : the anthropology of political evolution, edited by Ronald Cohen and Elman R. Service, 1978, p.219 ; institute for the study of Human issues, Philaderphia.

2: Service Elman R., Primitive Social Organization, an evolutionary perpective. Random House, New York, 1962

3: Service, 1962 ; Fried Morton H., The evolution of political seciety, an essay in political anthropology, Random House, New York, 1967

4: Sahlins Marshall D., Tribesman, Prentice-Hall, Englewood Cliffs, 1968, p.21

5: Gluckman Max, Politics, law and ritual in tribal siciety : Aldine, Chicago,1965 ; Woodburn James, Egalitarian societies,. Man 17, pp. 431-451, 1982

6: Service, 1962 ; Gluckman, 1965 ; Sahlins Marshall D., Poor man, Rich Man, Chief : Political types in Melanesia and Polynesia, Comparative studies in society and history 5, 1963 pp. 285-303 ; Sahlins Marshall D., Tribesman, Prentice-Hall, Englewood Cliffs, 1968

L’effondrement des sociétés complexes ; Joseph A. Tainter ; édition française, Le retour aux sources, 2013, pp. 27-28

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.