Retrouvailles et épilogue; Hymne 2, pour Déméter ; Hymnes Homériques ; Hésiode

Elle se rongeait du désir

de voir sa fille au vaste giron.

C’est une année effroyable

sur la terre nourrice

qu’elle imposa aux humains, et cruelle.

Déméter la Couronnée

tenait la semence cachée.

Aucune pousse ne paraissait.

Plus d’une fois les vaches tirèrent

la charrue dans les champs. En vain.

Plus d’une fois l’orge blanc

tomba dans la terre en pure perte.

Elle allait disparaître tout à fait,

la race des hommes éphémères,

à cause de la faim sinistre

et ceux qui habitent sur l’Olympe

n’auraient plus reçu d’honneurs,

de cadeaux et de sacrifices,

si Zeus n’avait pas réfléchi,

et médité au fond de son cœur.

Il envoya d’abord Iris

qui a des ailes dorées

vers Déméter aux longs cheveux,

belle, désirable mille fois.

Il dit. Et elle à l’ordre

de Zeus Nuages-Noirs le Kronide

obéit et à toutes jambes

elle traversa tout l’intervalle.

Elle arriva à la ville

d’Éleusis aux bonnes senteurs,

elle trouva dans son temple

Déméter sous sa mante noire.

Elle lui parla. Elle dit

ces paroles qui ont des ailes :

« Déméter, Zeus le père

qui sait des secrets éternels

t’appelle : reviens dans la famille

des dieux qui vivent toujours.

Viens, que ne soit pas vaine

ma parole qui est de Zeus. »

Voici ce qu’elle dit, suppliante,

mais sans pouvoir la persuader.

La père alors dit aux dieux bienheureux,

à ceux qui vivent toujours,

d’aller la prier tous. Un par un,

chacun son tour ils y allaient,

ils l’appelaient, lui promettaient

des cadeaux magnifiques,

tous les honneurs qu’elle voudrait

auprès de ceux qui ne meurent pas.

Mais personne ne pouvait

fléchir son cœur et son esprit,

car elle était fâchée.

Elle refusait durement leurs offres.

Elle proclama que jamais

elle n’irait sur l’Olympe

aux bonnes senteurs, que jamais

elle ne ferait naître les fruits

tant qu’elle n’aurait pas vu

de ses yeux sa fille au doux regard.

Lorsque Zeus l’eut entendue,

lui qui gronde au loin, lui le Voyant,

il envoya vers l’Érèbe

l’Argeïphontès1 à la baguette d’or,

pour que par des douces paroles

il persuade Hadès

de laisser Perséphone la Pure

quitter la brûle et les ténèbres

et monter vers la lumière, vers les dieux,

pour que sa mère

puisse la voir de ses yeux

et fasse cesser sa colère.

Hermès obéit ;

dans les profondeurs de la terre

vite il descendit,

quittant la maison de l’Olympe.

Il trouva le Seigneur

à l’intérieur de sa maison,

assis sur un lit

avec son épouse timide

(elle était là à contrecœur ;

elle regrettait sa mère,

qui songeait à se venger

de ce que lui avaient fait les dieux).

Argeïphontès le fort

s’approcha tout près et leur dit :

« Hadès aux cheveux noirs,

seigneur de ceux qui ont péri,

Zeus le père m’a chargé

de mener la belle Perséphone

hors de l’Érèbe, vers les dieux,

pour que sa mère la voie

de ses yeux et fasse cesser

sa colère affreuse et sa fureur

contre ceux qui ne meurent pas.

Elle a le grand projet

d’anéantir les tribus chétives

des hommes nés de la terre,

en cachant sous terre le grain

en supprimant les honneurs

qui nourrissent ceux qui ne meurent pas.

Sa colère est affreuse.

Elle ne veut plus voir les dieux.

Dans son temple, parmi les senteurs,

elle s’enferme toute seule, et règne

sur Éleusis la rocheuse. »

Voila ce qu’il dit ; le seigneur des morts,

Aïdoneus, en souriant

leva le sourcil et obéit

à l’édit de Zeus le roi.

Sans attendre il donna ses ordres

à Perséphone la sage :

« Va, Perséphone, va la voir

ta mère aux voiles noirs.

Que ton cœur soit sage dans ta poitrine,

serein ton esprit.

Ne te laisse pas aller

à une tristesse trop grande.

Je ne suis pas un époux méprisable

parmi les immortels.

Je suis le frère de Zeus le père.

Si tu restes ici,

tu commanderas à tout ce qui vit,

à tout ce qui rampe.

Tu auras les plus grands honneurs

parmi les immortels.

Tu pourras punir tous les jours

ceux qui t’auront fait du tort,

qui n’auront pas cherché à obtenir

ta grâce en t’offrant

en toute pureté des sacrifices

et tout ce qu’il convient. »

Voila ce qu’il dit.

La sage Perséphone en fut heureuse,

et dans sa joie, elle bondit

brusquement, mais il

lui donna à manger

un doux pépins de grenade,

sans qu’elle y prenne garde.

Il voulait empêcher qu’elle reste

à jamais auprès de Déméter

la vénérable aux voiles noirs.

À son char d’or il attela

sous ses yeux des chevaux

qui ne mourront pas, lui,

Aïdoneus, Maître des Foules.

Elle monta sur le char,

la fort Argeïphontès

à coté d’elle prit

dans ses mains les rênes et le fouet.

Il traversa le palais ;

les chevaux galopaient de bon cœur.

En peu de temps, ils parcoururent

un long chemin. Ni la mer,

ni l’eau des fleuves, ni les montagnes

n’arrêtèrent la course

de ces chevaux libres de mort.

Car ils fendaient l’air profond

dans leur élan vers les hauteurs.

Il les fit d’arrêter à l’endroit

où Déméter la couronnée

attendait devant son temple

pleins de bonnes odeurs. En les voyant

elle sursauta comme une ménade2

dans les taillis de la montagne.

Perséphone de son côté,

quand elle vit les beaux yeux

de sa mère quitta le char,

oublia les chevaux,

sauta, courut l’embrasser,

se pendit à son cou.

Mais elle, dès qu’elle tint

sa chère enfant dans ses bras,

comprit soudain la ruse,

fut prise d’une grande peur

et cessant de l’embrasser

lui posa la question :

« Mon enfant, n’as-tu pas,

pendant que tu étais là-bas,

mangé quelque chose ? Parle,

ne cache rien, il faut que nous sachions

si tu peux revenir

du monde d’Hadès le sinistre,

vivre avec moi et ton père,

le Kronide Maître-des-Nuages.

Et te feraient honneur

tous ceux qui ne meurent pas.

Mais si tu as mangé, tu t’en retourneras

sous la terre.

Tu habiteras là

pendant l’une des trois saisons,

et les deux autres avec moi,

avec ceux qui ne meurent pas.

Lorsque s’épanouiront

sur la terre les fleurs du printemps

avec leurs parfums divers,

tu monteras de la nuit obscure

et tu seras merveille pour les dieux

et pour les hommes qui meurent.

Raconte-moi comment t’a emportée

dans la brume sombre,

par quelle ruse forte t’a trompée

le Maître du Large Accueil. »

Alors Perséphone la belle

lui répondit ces mots :

« je vais te dire, mère,

exactement tout ce qui s’est passé.

Quand est venu Hermès le bienfaiteur,

le messager rapide

de la part de Zeus le Père

et de tous les autres Ouraniens,

me disant de sortir de l’Érèbe

pour que tu me voies de tes yeux

et que cesse ta colère,

ta fureur contre les Immortels,

j’ai tout de suite bondi de joie.

Mais, sans que j’y prenne garde,

il m’a mis dans la bouche

un doux pépins de grenade

et m’a contrainte par la force

à l’avaler malgré moi.

Comment il m’a prise grâce au piège

inventé par le Kronide

mon père, au fond de la terre

comment il m’a emportée,

je te le dirai, je répondrai

à toutes tes questions.

Nous étions toutes

dans une délicieuse prairie,

Leukippè, Phaïno,

Ianthé et Électre,

Mélitè et Iakhè,

Rhodéïa et Kallirhoè,

Lèlobosis et Tykhè,

Okyrhoè, belle comme une fleur,

Chryséis et Ianeïra,

Akastè et Admètè

et Rhodopè et Ploutô

et Calypso la désirable,

et Styx, et Ouranie

et l’aimable Galaxaurè

Pallas qui provoque les batailles,

Artémis qui aime les flèches,

nous jouions à cueillir

de nos mains de douces fleurs,

le beau crocus mêlé

aux flambes d’eau, aux jacinthes,

et la rose en bouton,

et les lys, merveille des yeux,

et le narcisse qu’a fait naître

comme le crocus la terre large.

Et moi je l’ai cueilli,

pleine de joie ; mais le sol s’est ouvert ; le prince en est sorti,

le maître du Large Accueil,

le puissant ; il m’a emportée

sur son char d’or au fond de la terre.

Je ne voulais pas. J’ai crié

à pleine voix ; mon cri montait.

Voilà toute la vérité ;

il me fait deuil de te la dire. »

Elles passèrent alors tout le jour,

leurs cœurs à l’unisson,

à se réconforter l’une l’autre,

à se réjouir ;

elles s’embrassaient sans cesse,

et leur chagrin s’effaçait ;

chacune recevait

et donnait à son tour de la joie.

Voici que s’approcha d’elles

Hécate (son diadème brille).

Elle embrassa longuement

la fille de Déméter la sainte.

Et c’est pourquoi la princesse

marche devant elle et derrière.

Zeus le Voyant qui gronde fort

leur envoya comme messagère

Rhéïa aux longs cheveux

pour faire revenir chez les dieux

Déméter aux voiles noires ;

Il promit de lui donner

tous les honneurs qu’elle souhaiterait

parmi ceux des Immortels.

Il accepta que sa fille,

de chaque année qui tourne

passe la troisième partie

dans la brume obscure,

et les deux autres près de sa mère

et les dieux qui ne meurent pas.

Voilà ce qu’il dit. À cet ordre

la déesse ne fut pas rebelle.

Elle s’élança soudain

depuis les sommets de l’Olympe,

alla jusqu’à Rharos, où étaient

autrefois les seins nourrissants

de la terre, mais depuis

ils ne nourrissaient plus.

Ils étaient stériles, sans verdure ;

cachant l’orge blanc

selon l’idée de Déméter

aux fines chevilles. Mais bientôt

la terre aurait une chevelure

de longs épis ;

le printemps s’épanouirait,

les riches sillons

dans la plaine seraient lourds

d’épis, à lier en gerbes.

C’est là qu’elle alla tout d’abord,

venue de l’éther infertile.

Elles eurent plaisir à se voir ;

leurs cœurs étaient en joie.

Voici ce que lui dit alors

Rhéïa (son diadème brille) :

« Viens ici, mon enfant ;

Zeus le voyant qui gronde fort

veut que tu reviennes chez les dieux ;

il promet de te donner

tous les honneurs que tu souhaiteras

parmi ceux des immortels.

Il accepte que ta fille

de chaque année qui tourne,

passe la troisième partie

dans la brume obscure,

et les deux autres près de toi

et des dieux qui ne meurent pas.

Il dit qu’il en serait ainsi ;

il a fait signe de la tête.

Allons, va, mon enfant,

obéis, cesse d’être en colère

si violemment contre le Kronide

Maître des Nuages Noirs.

Fais pousser tout de suite

le grain qui nourrit les hommes. »

Voilà ce qu’elle dit. Déméter

la couronnée obéit.

Elle fit pousser tout de suite

le grain dans les champs fertiles.

Toute la terre large s’alourdit

de feuilles et de fleurs.

Elle, aux rois qui rendent la justice

elle alla montrer

à Triptolémos, à Dioklès

l’habile cavalier,

à Eumolpos le fort, à Kéléïos

qui guide les peuples,

le déroulement des cérémonies ;

elle révéla les rites

(à Triptolémos et à Polyxénos, à Dioklès aussi).

Rites graves, on ne peut

ni les négliger, ni s’en enquérir,

ni en parler ; la piété pour les Déesses

retient la voix.

Heureux parmi les hommes de la terre

celui qui les a vus.

Celui qui n’a rien fait,

qui n’a pas pris part à rien, son sort

est différent, quand il est mort,

dans les ténèbres mouillées.

Puis quand elle eut tout mis en ordre,

la déesse des déesses,

elle s’en alla vers l’Olympe

à l’assemblée des dieux.

C’est là qu’elles habitent toutes

près de Zeus Joie-de-le-Foudre

les grandes, les Vénérables.

Bienheureux parmi les hommes

qui sont sur terre celui

qu’elles ont choisi d’aimer.

Soudain elles lui envoient

comme un hôte dans sa maison

Ploutos qui donne l’abondance

aux hommes qui mourront.

Et maintenant, maîtresse du pays,

d’Éleusis aux bonnes senteurs,

de Paros entourée par les vagues,

d’Antrôn la rocheuse,

souveraine, maîtresse des saisons,

douce bienfaitrice,

Princesse Déo, avec ta fille,

la belle Perséphone,,

prends soin de nourrir en joie ma vie

en récompense de mon chant.

Pour moi j’ai de toi souvenir,

mais d’autre chant aussi.

1: Hermès

2:voir articles sur les ménades ou les Bacchantes.

v.304-495

]]>

Déméter recherche Perséphone; Hymne 2, pour Déméter ; Hymnes Homériques ; Hésiode

Pendant neuf jours, par toute la terre,

la reine Dèô1

tourna en rond, tenant en main

des torches enflammées ;

dans sa douleur elle ne toucha

ni à l’ambroisie ni au nectar

qui est bon à boire ; elle refusa

de baigner son corps.

Au dixième jour, quand parut

l’aurore lumineuse,

Hécate vint à sa rencontre,

tenant à la main une lampe,

et lui dit ce qu’elle savait ;

voici comment elle parla :

« Reine Déméter, maîtresse des saisons,

douce bienfaitrice,

qui parmi les dieux du ciel

ou les hommes qui meurent

a enlevé Perséphone

et t’a brisé le cœur ?

J’ai entendu la voix,

mais de mes yeux je n’ai pas vu

qui c’était. Voila tout ce que je puis

te dire de certains. »

Ainsi parlait Hécate, la fille

de Rhéïa aux longs cheveux

ne lui répondit rien, mais au plus vite

elle partit avec elle,

et toujours elle tenait en main

des torches enflammées.

Elles arrivèrent près de Soleil,

qui voit les hommes et les dieux.

Elles arrêtèrent ses chevaux,

et la grande déesse lui dit :

« Soleil, traite-moi avec respectent

(je suis une déesse), si jamais

d’un mot, d’un geste j’ai fait du bien

à ton cœur ou à ton âme.

La fille que j’ai enfantée,

douce fleur si belle,

je l’ai entendue pousser des cris

à travers l’air infertile,

comme si on lui faisait violence,

mais je n’ai rien vu de mes yeux.

Mais toi, car tu regardes avec tes rayons

du haut de la divine lumière

tout ce qui a lieu sur la terre

et jusqu’au fond de la mer,

dis-moi, de manière certaine,

cette enfant, si tu l’as vue :

qui alors que j’étais loin,

par la contrainte, malgré elle,

qui me l’a prise, qui des dieux

ou des hommes qui meurent? »

Voici ce qu’elle dit. Et le fils d’Hypérion

lui répondit par ces mots :

« Fille de Rhéïa aux longs cheveux,

princesse Déméter,

tu va le savoir. Car j’ai pour toi

grand respect, grande pitié :

tu souffres à cause de ta fille

(elle a de fines chevilles).

Aucun autre dieu n’est responsable que Zeus Maître-des-Nuages.

Il en a fait cadeau à Hadès

qui est son propre frère

et qui, toute belle, en fera

sa femme ; avec ses chevaux

il l’emporte dans le brouillard obscur.

Elle pousse des cris.

Déesse, arrête de pleurer ;

non, il ne faut pas

que tu vives toujours dans la colère ;

ce n’est pas un gendre

sans allure parmi les immortels,

Aïdoneus1, Maître des Foules.

C’est ton propre frère, il a mêmes parents ;

aux premiers temps

quand le monde fut partagé

en trois, il a reçu

une belle part et il est roi

de qui habite près de lui. »

Voici ce qu’il dit. Et il lança ses chevaux ;

eux, à son cri,

emportèrent vite le char,

comme des oiseaux à grandes ailes.

Pour elle une douleur plus sombre, plus cruelle

la toucha au cœur.

Elle était en colère

contre Kroniôn Nuages-Noirs.

Elle tourna le dos à l’assemblée des dieux,

aux grand Olympe.

Elle alla vers la ville des hommes

et leurs riches domaines.

Pendant longtemps elle se fit

méconnaissable. Personne,

homme ou femme à l’ample giron,

en la voyant ne la reconnut.

Finalement elle atteignit

la maison de Kéléïos le sage,

qui régnait alors sur Éleusis aux bonnes senteurs.

Elle s’assit sur le bord du chemin, le cœur malheureux,

près du Puits-aux-Filles,

où les habitants venaient chercher l’eau

à l’ombre – car au-dessus d’elle,

poussait un bel olivier.

Elle ressemblait à une vieille chargée d’ans

qui ne peut plus

enfanter, ou jouer le jeu

d’Aphrodite couronnée.

Telles sont, chez les rois qui disent le droit,

les nourrices

des enfants ou les intendantes

dans les maisons où les bruits résonnent.

1:Autre nom de Déméter, peut-être le nom primitif:Déméter semble formé de Dè- et de -meter (qui signifie évidemment mère)

2: Hadès

v.47-104

]]>

Enlèvement de Perséphone par Hadès; Hymne 2, pour Déméter ; Hymnes Homériques ; Hésiode

Je commence le chant de Déméter,

déesse de majesté,

ses cheveux sont beaux, fines les chevilles

de sa fille, qu’Aïdoneus1

a soudain prise ; et Zeus au tonnerre

y consentait, lui qui voit loin.

A distance de Déméter (qui a

un couteau d’or, des fruits superbes)

jouant avec les filles d’Océan

(que leurs seins sont beaux)

elle cueillait des fleurs,

roses, crocus et violettes aimables

(dans une prairie d’herbe douce),

flambes d’eau, jacinthes

et ce narcisse2, piège pour les filles

(elle est comme fleur nouvelle)

Zeus la voulait, terre l’a fait pour plaire

au Maître du Large Accueil1.

Merveille lumineuse ;

tous frémissaient en la voyant,

tous:dieux qui vivent à jamais,

hommes qui vont mourir.

A partir de la racine

cent têtes venaient à fleurir

et le parfum le plus doux faisait sourire la terre

et, par-dessus, le ciel immense,

et les vagues salées de la mer.

Elle soudain tressaillit3,

leva ensemble les deux mains

pour prendre ce beau jouet ;

le sol s’ouvrit, où l’on chemine.

C’était dans le plaine de Nysa ;

là bondit le Maître du Large Accueil,

sur ses chevaux immortels,

fils de Kronos (il a beaucoup de nom).

Il la prit (elle ne voulait pas)

sur son char doré

et elle pleurait ; et elle cria

à pleine voix et son cri montait,

elle appelait le Kronide son père

là-haut dans sa majesté.

Personne cependant parmi les dieux

ou parmi les hommes qui meurent

n’entendit sa voix, pas même

les Oliviers avec leurs fruits luisants.

Seule la fille de Persée,

car elle a le cœur tendre,

entendit dans sa caverne,

Hécate au bandeau magnifique,

ainsi que le prince Soleil,

noble fils d’Hypérion,

la fille qui appelait son père

le Kronide. Mais lui,assis loin de tous les dieux

dans un temple tout rempli de prières,

recevait les belles offrandes

que lui faisaient les hommes qui meurent.

C’est selon le plan de Zeus

que l’enlevait par force

le frère de son père, Maître des foules,

Maître du Large Accueil

sur ses chevaux immortels,

fils de Kronos (il a beaucoup de noms).

Tant que la déesse put voir

la terre et le ciel plein d’astres

et la mer poissonneuse

avec ses forts courants

et les rayons du soleil,

elle avait espoir de retrouver

sa mère aimante et les tribus

des dieux qui vivront toujours ;

toujours un espoir consolait

son grand cœur affligé.

Criaient les cimes des montagnes

et les gouffres de la mer

en écho à cette voix éternelle.

Et sa mère souveraine l’entendit.

Une souffrance aiguë lui prit

le cœur, le bandeau sur ses cheveux

superbes, elle le déchirait,

de ses propres mains,

sur ses épaules elle jeta

une mante bleu de nuit,

comme un oiseau elle partit

sur la terre et sur la mer,

pour cherche ; mais personne

ne consentait lui dire

la vérité, ni parmi les dieux,

ni parmi les hommes qui meurent.

Il n’était pas un seul oiseau

qui fût pour elle annoncier véridique.

1: Hadès

2: voir l’article sur Narcisse dans la rubrique symbole

3:Le verbe Grec exprime l’idée de l’effroi sacré, de ce sentiment bouleversant, émerveillement et terreur, qui s’empare d’un être humain quand il se trouve face au divin. Ce sentiment est appelé « Thambos ». Expérience fondamentale de la pensée religieuse des poètes.

v.1-46

]]>

Tous ceux-là, le grand Kronos les avalait dès le moment où, du ventre sacré de leur mère, ils tombaient entre ses genoux; Hésiode; Théogonie

Rhéïa forcée par Kronos

mit au monde de beaux enfants

Hestia, Déméter,

Héra aux sandales d’or,

et Hadès l’impitoyable,

dont la maison est sous la terre,

et Celui-qui-fait-trembler-la-terre

à grand fracas1,

et Zeus le très sage,

père des hommes et des dieux.

C’est lui dont le tonnerre fait frémir

la terre vaste.

Tous ceux-là, le grand Kronos

les avalait dès le moment

où du ventre sacré de leur mère

ils tombaient entre ses genoux.

Lui, il songeait que parmi

les descendants de Ciel,

quelqu’un deviendrait roi

de ceux qui ne meurent pas.

Il l’avait appris de Terre

et de Ciel parsemé d’étoiles :

sa destinée serait d’être vaincu par son fils

quelle que soit sa force.

Le grand Zeus l’avait voulu.

Sans fermer l’œil, il se méfiait ;

il restait aux aguets

et avalait ses enfants. Rhéïa

en souffrait terriblement.

Mais quand vint le moment où Zeus,

père des hommes et des dieux, devait

naître, alors elle supplia

ses parents (c’étaient aussi

ceux de Zeus), Terre, sa mère,

et Ciel parsemé d’étoiles,

de découvrir une ruse

pour qu’elle enfante sans qu’on la voie

son fils, et qu’un châtiment

mérité venge sur le père

les enfants avalés par

le grand Kronos Pensées-Retorses.

Ils écoutèrent leur fille qu’ils aimaient

et furent persuadés.

Ils lui firent connaître

ce qui avait été fixé

pour le sort de Kronos le roi

et de son fils au cœur dur.

Ils la firent aller à Lyktos,

dans le riche pays de Crète

le jour où elle devait

enfanter son dernier fils,

Zeus le grand. L’immense Terre

reçu dans ses mains l’enfant,

en Crète, vaste pays,

pour le nourrir et l’élever.

Elle s’en alla le portant

pendant que courait la nuit obscure

d’abord jusqu’à Lyktos.

Elle le cacha de ses mains

dans une caverne inaccessible,

au creux de la terre inspirée,

dans la montagne Aïgaïon

où sont des forêts très épaisses.

Puis elle langea une grande pierre

et la mit dans la main

du grand prince fils de Ciel,

premier roi des dieux.

Il la prit dans ses mains

et l’engloutit dans son ventre,

le malheureux ; il ne comprit pas

que grâce à cette pierre

son fils invincible, son fils

sans la moindre inquiétude,

était sauvé, et bientôt le battrait

de ses mains très fortes,

lui ôterait sa part et serait roi

de ceux qui ne meurent pas.

Par la suite on vit grandir

la force et le corps superbe

du jeune prince. Puis, lorsque furent

allées et venues les années,

trompé par la ruse très fine

que Terre avait inventée,

le grand Kronos Pensées-Retorses

recracha ses enfants,

vaincu par l’habileté

et par la force de son fils ;

il vomit tout d’abord la pierre

qu’il avait avalée en dernier.

Zeus la fixa en l’enfonçant

dans la terre où l’on chemine,

à Pythô2 l’inspirée,

près des grottes du Parnasse,

pour servir de stèle à jamais,

merveille pour ceux qui meurent.

Il délivra ses frères et ses sœurs,

les descendants de Ciel,

des liens affreux où les avait tenus

leur père en sa folie.

Eux désormais eurent pour lui

grande reconnaissance,

ils lui donnèrent le tonnerre

et la foudre étincelante

et l’éclair. Jusque-là Terre l’immense

tenait caché ce pouvoir,

qui le fait roi de ceux qui meurent

et de ceux qui vivent à jamais.

1:Poséïdon

2:Delphes

v 453 à 506

]]>